Votre compte

Chroniques cinématographiques


Bernard de Fallois a tenu chaque semaine de 1959 à 1962, sous le pseudonyme de René Cortade la chronique cinématographique de l’hebdomadaire  Arts, dirigépar Jacques Laurent, puis celle du  Nouveau Candide. D’autres collaborations avaient auparavant précédé cette activité.
Environ 150 films sont ici présentés, analysés et jugés dans leurs principales composantes : scénarios, distribution, dialogues, musique – exercice hebdomadaire périlleux puisqu’il s’agissait d’aller vite à l’essentiel, de séduire le grand public et de contenter les doctes ; exercice redoutable, Bernard de Fallois ayant été précédé dans ce magistère  par François Truffaut.
Il a suffi de rassembler ces chroniques aujourd’hui pour composer tout naturellement un panorama du 7eArt en son Âge d’or, c’est-à-dire en un temps où il était dominé par les maîtres qui demeurent nos classiques: d’Hitchcock à Fellini, de Buñuel à Bergman, de René Clair à Jacques Tati – pour s’en tenir à quelques noms. On voit poindre également les étoiles montantes ; on suit les courants et les modes.
Très vite les chroniques de Bernard de Fallois s’imposèrent par leur vivacité et  leur élégance, par leur densité aussi, lorsque la matière s’y prêtait.
Une égale allégresse dans le dithyrambe et dans l’éreintement conserve à ces textes les couleurs de la vie.
On y retrouve les paysages, les saisons et les rêves d’un temps où l’industrie de l’image n’avait pas encore dévoré le cinéma d’auteur.

Ce livre est classé dans les catégories :

CHF 21.00
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Chroniques cinématographiques”

Fiche technique

Résumé

Bernard de Fallois a tenu chaque semaine de 1959 à 1962, sous le pseudonyme de René Cortade la chronique cinématographique de l’hebdomadaire  Arts, dirigépar Jacques Laurent, puis celle du  Nouveau Candide. D’autres collaborations avaient auparavant précédé cette activité.
Environ 150 films sont ici présentés, analysés et jugés dans leurs principales composantes : scénarios, distribution, dialogues, musique – exercice hebdomadaire périlleux puisqu’il s’agissait d’aller vite à l’essentiel, de séduire le grand public et de contenter les doctes ; exercice redoutable, Bernard de Fallois ayant été précédé dans ce magistère  par François Truffaut.
Il a suffi de rassembler ces chroniques aujourd’hui pour composer tout naturellement un panorama du 7eArt en son Âge d’or, c’est-à-dire en un temps où il était dominé par les maîtres qui demeurent nos classiques: d’Hitchcock à Fellini, de Buñuel à Bergman, de René Clair à Jacques Tati – pour s’en tenir à quelques noms. On voit poindre également les étoiles montantes ; on suit les courants et les modes.
Très vite les chroniques de Bernard de Fallois s’imposèrent par leur vivacité et  leur élégance, par leur densité aussi, lorsque la matière s’y prêtait.
Une égale allégresse dans le dithyrambe et dans l’éreintement conserve à ces textes les couleurs de la vie.
On y retrouve les paysages, les saisons et les rêves d’un temps où l’industrie de l’image n’avait pas encore dévoré le cinéma d’auteur.

Biographie de Bernard de Fallois

Bernard de Fallois - "le proustien capital" selon la savante revue Genesis - a été au début des années cinquantel'inventeur de Jean santeuil et du Contre Saint-Beuve. il publia de nombreux articles sur l'oeuvre de Proust.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire