Éditions Prise de parole

  • Champion et Ooneemeetoo Okimasis, jeunes Cris du nord du Manitoba, sont arrachés à leur famille et placés dans une école catholique résidentielle du Sud. Aliénés par une culture qu'on leur impose, ils luttent pour leur survie. La Reine blanche, personnage mythique, veille sur eux et les ramène vers l'univers magique dont ils sont issus. L'un deviendra musicien et l'autre danseur. De leur art, un espace de possibilités, un monde nouveau, émergera.

    Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier d'Ontario Créatif

  • PRIX LITTÉRAIRE TRILLIUM 2016

    Dans un quartier populaire d'Ottawa au milieu du siècle dernier, Marjorie Chalifoux, jeune couturière de dix-neuf ans, mène une vie rangée et silencieuse à l'ombre d'un père irascible - un homme étrange rompu dans l'art de la conversation avec les morts. Son existence tranquille prendra un tournant inattendu, et pour cause : elle est enceinte d'un amoureux qui a eu la mauvaise idée de mourir dans un accident de voiture... Et elle doit l'annoncer à son père ! Poussée par le destin, elle cherchera à donner un nouveau sens à sa vie. Son périple, qui la mènera jusqu'à Montréal, lui fera rencontrer des personnages plus étonnants les uns que les autres. Elle goûtera à l'amour, aux plaisirs de la chair et apprendra - à son propre étonnement - qu'au fond d'elle-même se cachait une femme déterminée, débrouillarde, têtue et manifestement charmante.

    Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier d'Ontario Créatif

  • Rien ne se produit jamais dans la réserve anishinabe de Lac-aux-Loutres. Enfin, jusqu'à l'arrivée d'un séduisant étranger aux cheveux blonds porté par une rutilante moto Indian Chief 1953. Les intentions du bellâtre sont d'autant plus mystérieuses que celui-ci semble connaître la communauté sous toutes ses coutures. Si la cheffe Maggie tombe instantanément sous son charme, son fils Virgile est beaucoup moins enthousiaste. Aidé par son oncle Wayne, créateur d'une forme d'art martial autochtone, il tentera d'éloigner l'étranger de Lac-aux-Loutres - et de sa mère. Et on dirait que les ratons laveurs veulent en faire autant.

    Drôle, profonde, lumineuse et remplie d'espoir, l'histoire est servie par l'incontestable talent de conteur et l'humour qui ont fait la renommée de Taylor au Canada anglais. L'édition originale anglaise (Motorcycles & Sweetgrass, Knopf Canada) a été finaliste au prix du Gouverneur général.

  • Marguerite Andersen a huit ans quand Hitler prend le pouvoir, quinze quand la Seconde Guerre mondiale éclate, vingt au lendemain de l'armistice. Yeux baissés devant l'horreur, toute à sa soif de vivre, elle tourne le dos à cette Allemagne dont elle a honte. Enceinte, elle suit en Tunisie l'amant français qui deviendra son mari.Ainsi s'amorce un parcours qui l'entraînera, au fil de ses amours et de ses aventures, sur trois continents. Celle qui mènera de front une vie d'épouse, de mère, d'immigrante, d'universitaire et d'autrice retrace, dans La mauvaise mère, les moments importants de sa vie, questionne ses choix, fait l'aveu de ses erreurs. Ce faisant, elle met en lumière les nombreux paradoxes qui, encore à ce jour, façonnent la vie des femmes.Murmurées, exaltées, angoissées, amoureuses, ces « confessions » attestent encore une fois du caractère exceptionnel de l'oeuvre de Marguerite Andersen.

    Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier d'Ontario Créatif

  • Martine, adolescente, habite un village qu'elle souhaite plus que tout délaisser pour la grande ville. Elle sent que si elle ne s'évade pas, sa vie sera sans envergure et désespérément prévisible, ce qu'elle refuse de tout son être. Mais avec l'arrivée de Nadine, citadine charmeuse, dégourdie et audacieuse, débute une amitié envoûtante et troublante. Elle inclut forcément Antoine, l'ami et complice de Martine depuis l'enfance. L'inévitable arrive : Nadine ensorcelle le bel Antoine et Martine est ballottée par ses réactions vives et confuses.

    Ce projet a été réalisé grâce au soutien financier d'Ontario Créatif

  • Moncton mantra Nouv.

    Réédité dans la Bibliothèque canadienne-française, «Moncton mantra» rend hommage à toute une génération de créateurs à l'époque de « la renaissance acadienne ». Plusieurs des artisans littéraires mis en scène sont parmi les plus connus aujourd'hui. Gérald Leblanc y relate leurs démarches pour faire de Moncton une « capitale littéraire », pour supplanter l'image folklorique longtemps associée à leur culture. Un projet qui réussira malgré l'hostilité d'un milieu qui résiste à l'affirmation d'une nouvelle conscience urbaine et moderne dans l'imaginaire. Dans «Moncton mantra», Gérald Leblanc raconte la venue à l'écriture du personnage écrivain, son double, Alain Gautreau. Entre l'automne 1971 et la parution 10 ans plus tard de son premier livre, Alain Gautreau évolue parmi les personnages de la scène artistique et intellectuelle de Moncton, à l'époque même qui a vu naître la première maison d'édition acadienne et le Parti acadien. Son roman, qu'il commence l'année de son entrée à l'Université de Moncton, devient « une sorte de mantra, une présence constante, un compagnon de route » au fil de ses lectures, ses rencontres, ses expériences avec les drogues, ses entretiens sur la littérature. Ce roman de la route, comme le qualifie le préfacier Herménégilde Chiasson, rappelle celui de Jack Kerouac, «On the Road», « l'un des textes-phares de la littérature américaine ». Il trace un parcours tant personnel que collectif de 26 ans qui coïncide avec celui de la littérature acadienne.

empty